Charpente traditionnelle

Dans la plupart des cas, la charpente traditionnelle se compose de bois de forte section et, contrairement à la charpente industrielle bois, met en œuvre des assemblages de toutes sortes (bois, boulons, etc.) mais pas de connecteurs.

Ce type de charpente est particulièrement apprécié dans la construction de maisons individuelles pour l’apport esthétique et chaleureux qu’elle procure, plus spécialement dans les pièces de vie, l’extérieur ou encore les combles où elle est fréquemment laissée apparente.

Le succès de la charpente traditionnelle en bois

La charpente traditionnelle évoque une méthode de construction spécifique, ancienne pour laquelle beaucoup de personnes y conservent un fort attachement : la possibilité de laisser tout ou partie de la charpente apparente lui donne un avantage esthétique indéniable.

La charpente traditionnelle apparait comme une solution idéale dans certains cas particuliers, que ce soit en rénovation ou dans des configurations de toitures qui suppriment la répétitivité de l’épure.

Sa souplesse de conception rend la charpente traditionnelle particulièrement appropriée pour les toitures complexes. Le bois reconstitué, tel le lamellé collé, a permis d’étendre encore le champ des possibilités d’utilisation d’une charpente traditionnelle en autorisant une portée plus longue.

Le choix des fermes et des pièces passantes

En règle générale, une charpente traditionnelle en bois se compose de plusieurs pièces superposées à l’équerre :

  • La structure porteuse que l’on appelle la ferme,
  • Les pannes, pièces horizontales s’appuyant sur la ferme et reçoivent les chevrons,
  • Les chevrons, appelés également « empannons », destinés à être cloués sur les pannes,
  • Les liteaux – ou voliges – qui vont constituer le support de couverture.
  • Sans oublier le solivage, qu’il s’agisse d’un support plafond ou d’un planché porteur.

 

toiture charpente traditionnelle